1. Formalogistics
  2. »
  3. Examen CACES ®R389 – Examen cariste
  4. »
  5. Échec au CACES

Échec au CACES

Tout ce qu’il faut faut savoir après un échec au CACES

Quelles conséquences après un échec au CACES ?

Le certificat CACES est en réalité une recommandation de la CNAMTS (Caisse Nationale de l’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés) et l’INRS (Institut NAtional de Recherche et de Sécurité.) Son obtention pour devenir cariste par exemple n’a jamais été obligatoire mais elle est fortement recommandé à la fois par les employeurs et les organismes de financement (ex : Pôle Emploi). En cas d’échec au CACES, l’employeur peut tout de même délivrer une autorisation de conduite. En effet, le CACES n’étant pas obligatoire, c’est bien la formation en interne des équipements et engins de chantiers qui est obligatoire de la part de l’employeur. Ce dernier à l’obligation au yeux de la loi de s’assurer que le salarié est en capacité de réaliser les tâches et missions qui lui sont demandés en toute sécurité. Pour en savoir plus, découvrez les compétences d’un cariste ici Si le candidat à l’obtention de son CACES échoue dans certaines thématique du test n’ayant pas d’incidence avec les tâches que l’employeur aimerait lui confier, alors une formation puis une évaluation en interne peut suffire pour avoir l’autorisation de conduite d’engins. Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur comment devenir cariste ici Cependant, si le candidat a échoué au CACES car il ne maitrise pas les notions essentielles de sécurité pendant le travail, les risques liés à l’utilisation d’un engin de manutention etc, l’employeur commet une grave infraction au Code du Travail doublée d’une faute pénale de “manquement délibéré” si il délivre une quelconque autorisation de conduite au candidat. Voici deux exemples de cas pouvant être autorisé à conduire un engin sans l’obtention du certificat CACES :
  • Un total général insuffisant de quelques points dans la théorie pour des raison de difficultés de compréhension des questions (si par exemple le français n’est pas la langue maternel du candidat), mais les notions de sécurité sont globalement bien assimilés et vérifiées. Enfin la maîtrise de la pratique est excellente.
  • Une élimination sur l’item “plaques de charge” dans l’examen théorique mais le candidat n’utilise que des chariots tracteurs (en R389).
Ainsi, dans tous les cas, les évaluations par le futur employeur sont des conditions nécessaire à l’obtention du CACES car ce dernier n’apporte pas de garantie totale sur l’efficience du candidat dans les missions et autres situations complexes qui lui seront proposés en entrepôt.
Top